AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 AODENO'KERRY ♠ there's no way to escape from that fear.

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: AODENO'KERRY ♠ there's no way to escape from that fear.   Sam 4 Sep - 23:00



aoden duncan o'kerry

      ❖ déclinez votre identité.

    ÂGE ; DATE&LIEU DE NAISSANCE : vingt-sept ans, Aoden est né un treize mars à Carna, près de la Bertraghboy Bay.
    ÉTAT CIVIL : Célibataire ; après une relation de 3 ans.
    JOB : Professeur à la Kavannagh High School
    MATIÈRE ENSEIGNÉE : Aoden enseigne le Gaélique.
    GROUPE : Excuse me, mister

      ❖ i feel free

Ecoutes ces cris de souffrance,
Les seuls qui te montrent que tu es en vie.
    Le soleil dominait les quelques hectares de jardin. Il était près de quinze heures et le repas s'éternisait. Il lui sembla alors que les adultes de la famille voulaient le punir pour avoir arrosé un copain à l'école la veille. Assis depuis près de trois heures, Aoden ne tenait que de moins en moins en place. Cependant, il était tout à fait hors de question de quitter la table avant que la tarte aux prunes de sa grand mère ne fut sur la table. Alors, le petit garçon attendit patiemment – ou du moins aussi patiemment qu'il le lui était possible – et la tarte finit par arriver. Aoden se jeta alors sur sa part de tarte et la dévora en moins d'une minute.

    Et, enfin, sa patience à toute épreuve fut récompensée. Son père, d'un coup d'œil discret mais assuré, lui assura qu'il pouvait désormais quitter la table. Sautillant gaiment, il se dirigea tout droit vers le grand cerisier qui trônait au centre du jardin depuis de très longues années. Habitué hebdomadaire du jardin de ses grands parents, Aoden connaissait parfaitement ce cerisier et savait y monter les yeux fermés. Et il y monta, les yeux fermés.
    Parce qu'aucun adulte ne prêtait attention à lui.
    Parce qu'il savait qu'il en était capable.
    Parce que c'était amusant, finalement, de se lancer dans ce genre d'aventures.

    Une fois arrivé tout en haut de l'arbre, Aoden s'assit sur une branche, et scruta les adultes, lancés dans une conversation pour le moins.... animée. Seulement, le soleil était juste face à lui et, lorsqu'il se hissa un peu plus haut pour voir plus loin, il fut ébloui.
    Et parce qu'il n'était qu'un enfant, il perdit l'équilibre en voulant se replacer.

    La chute fut extrêmement rapide et Aoden n'eut pas le temps de crier, ni même celui de se rendre compte de ce qui se passait. Les adultes, eux, s'en rendirent compte et ce fut sous les cris apeurés de sa mère que le garçonnet atterrit sur le sol dans un bruit mât.

* * * *
    « Je... je suis où ? » Les murs étaient bleu pastel, rien avoir avec sa chambre, orange, rouge et jaune. Et puis il y avait bien trop d'oreillers dans ce lit trop blanc. Et cette télévision, accrochée en haut du mur... Ce n'était pas sa chambre. Mais si ce n'était pas sa chambre, qu'était-ce que cette pièce ?
    Perdu, Aoden commença à avoir peur. Ses mains tremblèrent un peu, et des larmes commencèrent à percer à travers ses yeux. Il ne reconnaissait pas cet endroit. Il ne reconnaissait pas les visages qui l'entouraient. Tous portaient des blouses blanches, ou des accoutrements bien loin de ce à quoi il était habitué.
    Puis, soudain, comme un ouragan, on vint le serrer très fort. Si fort qu'Aoden crut qu'il ne pourrait plus respirer. Une voix perçante s'écria qu'il était réveillé, et il sourit. Il connaissait cette voix, c'était celle de sa maman.
    « Maman ! Je suis à l'hôpital ? »
    « Oui mon chéri. Nous avons eu très peur, tu sais ?! Tu te souviens de ce qui s'est passé ? » Elle était inquiète, cela se voyait. Alors, Aoden entreprit de la serrer dans ses bras pour la rassurer, il détestait voir des gens inquiets, et encore moins sa petite maman.
    Mais une douleur fulgurante traversa son épaule et lui arracha un cri de douleur. Il referma rapidement la bouche, et tenta d'empêcher les larmes de couler.
    « Je suis tombée du cerisier de mamie, hein ?! »
    « Oui mon amour. Et tu t'es cassé la clavicule, c'est pour ça que tu as très mal. Tu vas devoir rester quatre semaines à l'hôpital, tu vas être plâtré, et on te le retirera d'ici deux mois si tout va bien. »
    « Alors ça veut dire pas de rugby pendant deux mois ?! » C'était impossible, on ne pouvait décemment pas lui ôter le seul sport valable au monde pendant autant de temps. Qu'en penserait l'équipe s'il les abandonnait comme ça. Ce n'était pas digne de lui. Ce n'était pas digne tout court.
    « Je suis désolée Aoden, mais c'est soit ça, soit tu ne pourras plus jamais faire de sport... »
    « Ne t'inquiètes pas minou, une fois ce plâtre retiré, tu seras encore meilleur qu'avant hein ?! » Son père lui sourit, et cela l'encouragea.

    Mais qu'ils allaient être longs ces deux mois...

Qu'est-ce qu'être différent ?
Si ce n'est déplaire aux autres.
    « Allez ! Bois moi cette pinte et on en parle plus ! Je ne vois pas pourquoi tu en fais tout un plat ! » Ne pas en faire tout un plat. Il en avait de bonnes lui ! Comme si c'était le genre de chose que l'on pouvait placer tranquillement dans une conversation comme on parle du temps qu'il fait ! Et puis c'était nouveau. Nouveau et étrange. Étrange parce que cela révélait une partie de lui dont Aoden n'avait jamais eu conscience jusque là.
    Il ne l'avait dit que très récemment à ses parents. Sa mère l'avait serré dans ses bras, son père l'avait ignoré pendant près de trois heures puis était venu lui dire qu'il ne fallait pas trop attendre de lui. Pas tout de suite. Mais cela était suffisant de savoir qu'ils ne le reniaient pas. Parce que même à vingt-trois ans, on a encore besoin de ses parents dans ce genre de cas.
    « Mais oui, bien sûr ! Comme si un pinte pouvait tout régler ! Tu peux comprendre qu'il est étrange de se dire que je peux aussi bien aimer une femme qu'un homme ! » en prononçant ses mots, Aoden avait presque chuchoté, il ne tenait guère à ce que les étudiants assis autour de lui ne l'entendent. Il était en dernière année, n'allait pas tarder à devenir professeur et il était hors de question qu'on ne mette au banc de la faculté à cause de sa 'condition', qu'il considérait encore comme délicate.
    « Je trouve ça plutôt cool. Si un couple veut se faire un plan à trois avec un homme, tu peux profiter des deux... » Ses yeux brillaient de malice et Aoden ne put s'empêcher de sourire tout en le frappant gentiment. Ce mec avait vraiment des idées étranges...
    « Cesses de te faire des films, tu veux ?! Cela dit, je crois que je vais arrêter d'y penser et comme ça.... » Il s'arrêta de parler si soudainement, que son ami se tourna dans le même sens que lui pour regarder l'entrée. Un jeune homme, blond, les cheveux coupés en brosse et à l'allure décidément athlétique venait d'entrer en souriant. Il salua quelques personnes mais ne semblait ni accompagné, ni attendre qui que ce fut.
    « Tu as vu ce mec ?! »
    « Oui. Et je crois que mon petit bisexuel fraîchement débarqué vient de flasher, n'est-ce pas ? »
    « Je n'ai pas flashé, ok ?! Je le trouve juste canon, ça s'arrête là ! » Les joues rougissantes, il était impossible de faire croire à ce qu'il disait.
    « Je te crois vas ! Allez, je t'autorise à me laisser en plan pour aller lui parler, j'ai repéré une bien jolie demoiselle de ce côté-ci... » Souriant et joyeux, son meilleur ami commença à se lever. Et, dans une dernier et désespéré élan, Aoden le retint par le bras.
    « Et tu veux que je lui dise quoi ?! « Salut ! Je me suis rendu compte très récemment que j'étais bisexuel, alors si tu aimes les hommes aussi, ça ne te dit pas de faire mon initiation ? » Très convainquant n'est-ce pas ? Et pas du tout désespéré... »
    « Ecoutes Aoden. Ce mec n'arrêtes pas de te regarder depuis qu'il est entré. Je sais de source certaine qu'il est homosexuel. Alors même s'il n'est pas fait pour toi, au moins, ça te fera un copain pédé ! » Son don pour voir le côté positif de chaque événement, l'étonnerait toujours songea-t-il. Ce mec était décidément dingue. Pourquoi diable traînait-il donc toujours ensemble ?! Cela dit, il n'avait pas tout à fait tord.
    Alors, rassemblant tout son courage – et un peu de ce qu'il lui restait de dignité – Aoden décida d'aller le voir cet homme. Il n'avait rien à perdre, si ?!

    « Hum... Bonsoir... Mon meilleur ami m'a lâché, ça te tente un baby ? » On eu dit un collégien à la manière qu'il avait de danser d'un pied sur l'autre. Pas assuré du tout, vraiment.
    « T'as mangé ? »
    « Heu...Non, pourquoi ? »
    « Parce que je préfèrerai t'inviter à manger, si tu veux discuter ! » Et là, il lui offrit un sourire qu'Aoden aurait qualifié de charmeur s'il avait été dans un état normal.
    « Et bien.. Heu... Si tu veux oui. C'est vrai que j'ai un peu la dalle... »
    « Timothy Dale. »
    « Pardon ?! »
    « Je m'appelle Timothy Dale.. » L'autre sourit. Aoden s'empêcha de lui sauter dessus.
    « Oh ! Moi c'est Aoden O'kerry, je suis en... »
    « Gaélique et enseignement lycéen. Oui, je sais. »
    « Comment tu... »
    « Je crois que ça n'a pas grande importance... » Le dénommé Timothy lui sourit mystérieusement. Et Aoden conclut que cet homme lui plaisait bien. Peut-être qu'il se passerait quelque chose finalement.

    Oui. Et ce serait forcément bien.

La fin. Le début. Le milieu.
Et si toute fin n'était qu'un nouveau commencement ?
    « Aoden, tu finis tes cours à quelle heure ce soir ?
    « Dix-huit heures, pourquoi ? »
    « Tu pourrais rentrer directement à l'appart', j'ai quelque chose à te dire... »
    « Je hum... Oui... Très bien. » ON raccrocha à l'autre bout du fil et Aoden continua à faire les cent pas dans la salle des profs. Quelque chose se tramait et il savait très bien de quoi il s'agissait. Ou du moins, il croyait le savoir.
    Pris par les remords, Timothy allait lui avouer cette « petite erreur » – dixit lui même à un ami commun – et espèrerait qu'il le lui pardonnerait.
    Mais c'était peine perdue. S'il était amoureux, Aoden n'était pas stupide au point de ne pas infliger de « punition » à son petit ami depuis trois ans. Ce serait canapé et rien d'autre pendant un certain temps, il pouvait compter là dessus – et sur la rancune tenace du jeune professeur.

* * * * *
    « Voilà, je suis rentré ! » Sa voix n'était pas la même que d'habitude, et Tim aurait dû le remarquer. Il l'embrassa. Mais ce n'était pas comme d'habitude. Et Aoden le remarqua.
    « Oh, bien. Bonsoir. »
    « Tu voulais me dire quelque chose d'important, non ?! »
    « Je... heu... oui. En fait, ce n'est pas vraiment évident à dire... »
    « Je suis toute ouïe... » Aoden tentait de l'encourager comme il le pouvait. Mais il était difficile de paraître enjoué lorsqu'on connaissait la fin.
    « Voilà. Cela fait trois ans que l'on sort ensemble. Tu m'as apporté énormément de choses, je vis chez toi depuis presque un an. C'est... enfin, c'est quelque chose qui ne m'était jamais arrivé avant. Mais... je crois que ça ne me suffit plus. Je.. J'ai besoin d'aventures, je ne suis pas devenu journaliste pour rien. Et j'ai... enfin, j'ai l'impression d'étouffer à rester ici. En plus, on m'a proposé d'être correspondant permanent aux Etats-Unis, ce qui est une offre absolument extraordinaire et... »
    « Et tu voudrais que l'on rompe, c'est ça ? Et bien rompons. Je m'en fiche. » Sa voix vibrait plus qu'à l'accoutumée et Aoden faisait d'énormes efforts pour ne pas flancher.
    « Et bien... Oui... Mais... Enfin, ça ne te fait rien ? »
    « Non. De toute manière nous n'avons pas tellement le choix, non ?! » Rester dur, ferme et froid. Telle était la clé. L'unique clé pour sortir de cet enfer.
    « Oui. Mais je pense être en droit d'attendre un peu plus de... déchirement, non ? Avoues que c'est surprenant que tu prennes cela avec détachement. » Il n'en revenait pas. Quel culot. Tim était sérieux en plus. Décevant, vraiment.
    « En droit de quoi ? D'attendre un peu plus de déchirement. Tu te fiches de moi, n'est-ce pas ? Parce que si ce n'est pas le cas, laisses moi te dire que je suis en droit, moi, d'attendre un peu plus de franchise de la part d'un homme avec lequel je suis sorti pendant trois ans ! »
    « Plus de franchise ?! Mais de quoi tu parles enfin ?! » Et en plus il avait le culot de faire comme s'il ne savait pas. Si le meurtre avait été légal, Aoden l'aurait liquidé sur place.
    « Oui. J'eusse aimé que tu me dises que cette rupture n'était motivée que par l'homme avec qui tu m'as trompé et avec qui, si tu n'as pas remis le couvert de manière sexuelle, tu discutes autour d'un café à peu près tous les jours. Maintenant, tu m'excuseras, mais je vais te demander de partir. Tes valises sont apparemment prêtes alors je ne vois pas ce que tu as à faire ici. » Tout en se dirigeant vers la porte, Aoden l'ouvrit et se retourna vers Timothy. « Au revoir. »
    Tim sortit sans dire un peu mot de plus. Tant mieux. Aoden n'aurait certainement pas eu le courage de combattre plus longtemps. Le jeune enseignant s'effondra alors sur son canapé et commença à pleurer.

    La nuit allait être longue. Vraiment, longue.

      ❖ the end has no end

    AVATAR : Matthew Bomer
    CODE : education
    MULTI-COMPTE ? non, et à vrai dire, je ne compte pas en faire.

    Fille. 18 ans. Étudiante. Joueuse heureuse de trouver un forum sans prise de tête. Gentille. Belle. Intelligente. Parfaite. (et modeste).


© BANNIERE PAR BROKENBRAIN


Dernière édition par Aoden O'Kerry le Lun 6 Sep - 15:40, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sinead Duggan
Admin
avatar

Messages : 315
Date d'inscription : 20/08/2010
Crédits : Baby gone
Pseudo/Prénom : Chloé

AU BOULOT!
Emploi/Matière: Philosophie
Addiction: Les cheese-cake de mon patissier. Une tuerie!
Pense-bête:

MessageSujet: Re: AODENO'KERRY ♠ there's no way to escape from that fear.   Sam 4 Sep - 23:06

Bienvenue Aoden (ce prénom me donne envie de danser, allez savoir) !
Bonne chance pour ta fiche ;)

_________________
    I hurt myself today to see if I still feel. I focus on the pain, the only thing that's real. The needle tears a hole, the old familiar sting. Try to kill it all away but I remember everything...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: AODENO'KERRY ♠ there's no way to escape from that fear.   Sam 4 Sep - 23:08

merci (je ne vois effectivement, pas pourquoi ce prénom ferai danser... mais je suis levée depuis 5 heures du matin alors.... xD)
Revenir en haut Aller en bas
Sinead Duggan
Admin
avatar

Messages : 315
Date d'inscription : 20/08/2010
Crédits : Baby gone
Pseudo/Prénom : Chloé

AU BOULOT!
Emploi/Matière: Philosophie
Addiction: Les cheese-cake de mon patissier. Une tuerie!
Pense-bête:

MessageSujet: Re: AODENO'KERRY ♠ there's no way to escape from that fear.   Sam 4 Sep - 23:15

Ha non mais c'est moi qui pète un cable ahah, rien de bien étrange. 8D

_________________
    I hurt myself today to see if I still feel. I focus on the pain, the only thing that's real. The needle tears a hole, the old familiar sting. Try to kill it all away but I remember everything...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marianne Caldwell
Admin
avatar

Messages : 269
Date d'inscription : 22/06/2009
Pseudo/Prénom : Mariko

AU BOULOT!
Emploi/Matière: littérature anglaise classique
Addiction: les petits pots goût épinard
Pense-bête:

MessageSujet: Re: AODENO'KERRY ♠ there's no way to escape from that fear.   Sam 4 Sep - 23:18

Bienvenue!
Est-ce bien toi White Coton? ;)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ltka.forumactif.org
Giulianna Montoya

avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 30/08/2010
Crédits : Mari-koko
Pseudo/Prénom : Raine

AU BOULOT!
Emploi/Matière: Professeur d'espagnol
Addiction: L'oasis tropical
Pense-bête:

MessageSujet: Re: AODENO'KERRY ♠ there's no way to escape from that fear.   Sam 4 Sep - 23:19

    Bienvenue I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: AODENO'KERRY ♠ there's no way to escape from that fear.   Sam 4 Sep - 23:24

Marianne Caldwell a écrit:
Bienvenue!
Est-ce bien toi White Coton? ;)

si je te dis "patate, c'est inscrit dans mon profil, comme le porsalu", tu me dis.... ? :mg: Laughing

Oui, oui, c'est bien moi, la seule, l'unique...
:rabbit:

Merci Giulianna (COTE :love: :06: )
Revenir en haut Aller en bas
Marianne Caldwell
Admin
avatar

Messages : 269
Date d'inscription : 22/06/2009
Pseudo/Prénom : Mariko

AU BOULOT!
Emploi/Matière: littérature anglaise classique
Addiction: les petits pots goût épinard
Pense-bête:

MessageSujet: Re: AODENO'KERRY ♠ there's no way to escape from that fear.   Sam 4 Sep - 23:26

Je te dis, ok, pardonne-moi pardonne-moi pardonne-moi, mille excuses et tout ça. :mg:

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ltka.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: AODENO'KERRY ♠ there's no way to escape from that fear.   Sam 4 Sep - 23:36

ouais... je te conseille de courir très loin et hors de ma vue petit scarabée... Laughing:mg:
Revenir en haut Aller en bas
Marianne Caldwell
Admin
avatar

Messages : 269
Date d'inscription : 22/06/2009
Pseudo/Prénom : Mariko

AU BOULOT!
Emploi/Matière: littérature anglaise classique
Addiction: les petits pots goût épinard
Pense-bête:

MessageSujet: Re: AODENO'KERRY ♠ there's no way to escape from that fear.   Dim 5 Sep - 10:28

T'en fais pas, je cours plus vite que mon ombre. Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ltka.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: AODENO'KERRY ♠ there's no way to escape from that fear.   Dim 5 Sep - 12:10

meuh oui bien sûr ! :mg:
Revenir en haut Aller en bas
Hypatie R. Deluca

avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 05/09/2010
Crédits : ESPÉRANCE™

AU BOULOT!
Emploi/Matière: Surveillante
Addiction: Le chocolat et les pots d'Häagen-Dazs
Pense-bête:

MessageSujet: Re: AODENO'KERRY ♠ there's no way to escape from that fear.   Dim 5 Sep - 21:46

Bienvenue, bon courage pour ta fiche :dance:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ronnie Wilson

avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 04/09/2010

AU BOULOT!
Emploi/Matière: Grec Ancien.
Addiction: Café & gâteau au daim.
Pense-bête:

MessageSujet: Re: AODENO'KERRY ♠ there's no way to escape from that fear.   Dim 5 Sep - 23:41

ALORS LA, OH MY GOD quoi

BOMER tu peux être mon prof quand tu veux
Bienvenue ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: AODENO'KERRY ♠ there's no way to escape from that fear.   Lun 6 Sep - 11:17

Ce serait avec plaisir, entre profs ne langues non utilisées (ou du moins très rarement), faut se soutenir ! :love: :smile:

merci à tout le monde, je vais essayer de finir ça aujourd'hui ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: AODENO'KERRY ♠ there's no way to escape from that fear.   Lun 6 Sep - 15:41

désolée du double poste. cela dit, ma fiche est terminée. (je sais que ça ne vaut pas certaines de mes fiches ou mes rps, mais j'espère que ça ira. :mg:
Revenir en haut Aller en bas
Sinead Duggan
Admin
avatar

Messages : 315
Date d'inscription : 20/08/2010
Crédits : Baby gone
Pseudo/Prénom : Chloé

AU BOULOT!
Emploi/Matière: Philosophie
Addiction: Les cheese-cake de mon patissier. Une tuerie!
Pense-bête:

MessageSujet: Re: AODENO'KERRY ♠ there's no way to escape from that fear.   Lun 6 Sep - 15:58

Et bien si tu fais mieux que ce que tu as écrit, ça va être plus que prometteur. I love you
Je te valide, et pauvre petit Aoden !
I love you

_________________
    I hurt myself today to see if I still feel. I focus on the pain, the only thing that's real. The needle tears a hole, the old familiar sting. Try to kill it all away but I remember everything...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: AODENO'KERRY ♠ there's no way to escape from that fear.   

Revenir en haut Aller en bas
 
AODENO'KERRY ♠ there's no way to escape from that fear.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PREVAL ET MULLET DANS LE COLLIMATEUR DU SÉNATEUR DEMOCRATE JOHN KERRY
» Quel est le but de la visite de John Kerry en Haiti ?
» Kerry Kim Zhao, une coréenne est dans la place ! {By Kåre}
» Le camp Clinton sort son arsenal
» Kailee Kerry

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEAVE THE KIDS ALONE. :: Votre personnage. :: CONCOURS D'ADMISSION :: Viens martyriser les gosses-
Sauter vers: