AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ECKHART ➜ What do you mean i'm a smart ass? My ass' just fine, thank you!

Aller en bas 
AuteurMessage
H. Jeremiah Eckhart
LUCKY BASTARDnothing is more deceiving than a smile
avatar

Messages : 60
Date de naissance : 18/06/1985
Date d'inscription : 19/09/2010
Âge : 33
Crédits : MYSELF; castleicons & stockicons
Pseudo/Prénom : DYSPAIR

AU BOULOT!
Emploi/Matière: Prof de Littérature Moderne
Addiction: Le bourbon, les brownies à la noix de pécan, le café (noir de préférence)
Pense-bête:

MessageSujet: ECKHART ➜ What do you mean i'm a smart ass? My ass' just fine, thank you!   Dim 19 Sep - 22:40

HORATIO JEREMIAH ECKHART

© tumblr
    ❖ Déclinez votre identité.

Prénom, nom : HORATIO. Ses parents, tous les deux passionnés par Shakespeare, lui ont donné ce prénom, celui d'un des héros d'une pièce du célèbre dramaturge anglais. Il préfère ça que Romeo, trop niais à son goût, même si depuis les Experts:Miami, il sait que son premier prénom peut être source de railleries. Il s'en amuse parfois d'ailleurs, en imitant le personnage de fiction avec sa paire de lunettes de soleil. Pas si étonnant quand on le connaît bien, lui et son comportement infantile. JEREMIAH. Second prénom, celui qu'il utilise depuis l'adolescence, lassé de surnoms idiots tirés de son premier prénom, et puis celui-ci est plus inédit, ce qui lui convient très bien. Ca colle bien avec sa personnalité un brin égocentrique.ECKHART. Tout simplement le nom de son père, et le sien. Celui qui portera aussi bientôt sa future femme. Un nom dont il aime la sonorité. Un nom peu commun qui ne passe pas inaperçu, comme lui quoi! Il sait aussi qu'il y a des racines du côté de l'Ecosse, du côté de sa mère, même si son nom sonne parfaitement américain.
Âge, date et lieu de naissance : 39 ANS. 27.03.1971 - BOSTON, MA. Il a vu le jour aux USA mais vit en Europe depuis déjà plus de trente ans. Il a depuis longtemps perdu son accent naturel au profit de celui de son pays d'accueil. Amusant non, car il aime parfois reprendre un accent typique des States devant ses élèves, ou pour se faire mousser.
État civil : EN COUPLE, depuis près d'un an et demi et bientôt fiancé, mais la concernée ne le sait pas encore. Il a déjà été marié, dans sa jeunesse, mais l'idylle c'est soldée par un divorce tumultueux, mais il a eu la garde de sa fille, c'est l'essentiel.
Emploi : PROFESSEUR au lycée le jour, ECRIVAIN à succès la nuit. Pas mal hein? Son imagination débordante avait besoin d'un exutoire donc il écrit, sous un autre nom, pour ne pas que son poste de prof n'en pâtisse pas. Il aime l'enseignement parce qu'il aimerait toucher ses élèves, déclencher des passions, ou simplement parce qu'il aime avoir un public. Allez savoir.
Matière enseignée : LITTERATURE moderne anglaise. Il a toujours aimé les lettres, alors il en a fait son métier, presque naturellement. Pourquoi lettres modernes? Parce que même s'il est plein d'humour et qu'il aurait pu rendre les grands classiques presque contemporains, il préférait les lettres modernes parce qu'il aime pouvoir citer ses propres livres en cours.
Groupe : EXCUSE ME MR. Puisqu'il est prof. Soyons logique deux secondes quand même.

    ❖ The end has no end.

Personnalité utilisée : NATHAN "AWESOME" FILLION. Ce cher Capitain Malcolm Reynolds, l'acolyte du Dr.Horrible, mais surtout, le formidablement génialissime Rick Castle.
Code de validation : Hum, j'vous le donne ou pas? Allez, j'avoue, c'est EDUCATION.
Multi-compte? : NOPE. J'me connais, si je me retiens pas j'en ferai un autre mais maintenant que je bosse, j'pense pas que je céderai aussi facilement, déjà que vous devrez supporter celui-là! J'ai pitié de vous, j'suis gentille hein? Ma gentillesse me perdra!

Dy, alias DYSPAIR ou Céline, 25 ans (et oui déjà le temps passe trop vite, cueillez cueillez les roses de demain...), en alternance en réception dans l'hôtellerie, passionnée de séries télés si ce n'est pas carrément accro, totalement barge et ne compte pas se faire soigner, pessimiste de la première heure (je hais ce que j'écris et mes avatars), ne peux pas vivre sans musique, fan de Tolkien et d'Oscar Wilde, cinéphile et adepte du cochonnet (je joue à la pétanque quoi). Voilà j'crois que j'ai fais le tour.


Dernière édition par H. Jeremiah Eckhart le Mer 22 Sep - 18:32, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
H. Jeremiah Eckhart
LUCKY BASTARDnothing is more deceiving than a smile
avatar

Messages : 60
Date de naissance : 18/06/1985
Date d'inscription : 19/09/2010
Âge : 33
Crédits : MYSELF; castleicons & stockicons
Pseudo/Prénom : DYSPAIR

AU BOULOT!
Emploi/Matière: Prof de Littérature Moderne
Addiction: Le bourbon, les brownies à la noix de pécan, le café (noir de préférence)
Pense-bête:

MessageSujet: Re: ECKHART ➜ What do you mean i'm a smart ass? My ass' just fine, thank you!   Dim 19 Sep - 22:40

    ❖ I feel free.


© tumblr

    La journée avait été tout à fait normale. En début de matinée, il s'était rendu sur le campus, il ne commençait pas avant dix heures, mais il avait encore des photocopies à faire, alors autant se rendre plus tôt là-bas et se prendre un petit café en lisant le journal en suite que se piquer un sprint de la salle des profs jusqu'à l'amphi où il devait donner cours. Jeremiah était un fervent partisant du moindre effort. Il se rangeait presque toujours du côté du moindre maux. Et ici, le parti donc de partir un peu plus tôt pour s'éviter une course folle dans les couloirs bondés de la fac. Avec sa femme, ça avait été une autre paire de manches c'est certain. Il avait bataillé pour obtenir la garde de Samantha, leur fille. Car contrairement à ce que pouvait le laisser parfois croire son comportement, ce n'était pas lui qui dans l'affaire était adultère, mais bel et bien sa femme. Et le pire dans tout ça c'est qu'il l'avait toujours couverte d'attentions, de petits cadeaux, mais visiblement, ça ne lui suffisait pas. Et dieu merci,la justice lui avait donné raison. Il avait eu la garde de leur fille, qui s'en été réjouie, car sa mère en plus d'être une profiteuse et une croqueuse de diamants, était une sacré peau de vache une fois qu'elle tombait le masque sur sa réelle personnalité. Cela faisait maintenant déjà plus de sept ans que le divorce avait été prononcé et la vie avait repris ses droits depuis.
    Ce soir, avec Sam, ils s'étaient offerts une soirée pizza devant la télé, une de leur soirée à deux, où rien ne devait interférer avec ce moment: pas de portables, de téléphone, et si quelqu'un sonnait, hormis le livreur, et bien il avait plutôt intérêt à soit s'armer de patience soit prendre congé car ni l'un ni l'autre ne se lèverait pour aller ouvrir. Un moment privilégié entre eux, une sorte de rituel au cours duquel ils riaient beaucoup, se goinfraient en oubliant leurs scrupules et surtout à la fin, ils parlaient, de tout et de rien ou du film qu'ils venaient de voir. Car malgré les apparences, Jeremiah était ce qu'on appelle un père cool. Mais vraiment. Pas trop envahissant ni surprotecteur, juste ce qu'il fallait, qui était strict mais pas tyrannique, avec une mentalité ouverte et jeune, qui adorait faire le gamin et qui était toujours là pour elle quand elle en avait vraiment besoin. A présent, Sam était partie dans sa chambre finir ses devoir et Jeremiah lui était devant son ordinateur portable, à son bureau, à taper la suite de son nouvel opus. La nuit était tombée dehors, et avec les grandes baies vitrées de leur loft réaménagé, ils avaient une superbe vue sur le paysage environnant.

    Il aimait ce pays, dans sa totalité. Les grands espaces verts, les gens, la culture, le climat (aussi étonnant que cela puisse paraître). Il ne regrettait pas de ne pas être retourné vivre quand il le pouvait dans le pays qui l'avait vu naître. Les États-Unis ne lui manquaient pas. Bien sûr, le gros de sa famille vivait là-bas, ses oncles, ses tantes, ses grands-parents (enfin ceux qui restaient encore). Mais cela n'était pas un problème, car grâce aux merveilles de la technologie, il pouvait dorénavant communiquer avec eux via mail ou par la webcam pour les plus aguerris. Et puis quand bien même, c'était son choix à lui, à eux de le respecter. Et puis ce n'était pas comme s'il n'y retournait pas quelques jours par an, durant les vacances, justement pour ne pas rompre totalement le lien. Mais il s'était profondément attaché à ce pays, à sa maison, même si elle lui rappelait parfois de mauvais souvenirs.
    Plongé dans la contemplation des quelques lignes écrites sur sa page, il n'entendit pas sa fille redescendre dans le salon, en catimini, poussée par la faim à aller se chercher un truc à grignoter dans leur frigo. Elle l'observa un instant, et nota que son père paraissait préoccupé. Elle n'avait pas eu beaucoup l'occasion de le voir comme ça, aussi peu souriant. Alors elle se décida, puisque c'était une soirée pizza, de lui demander une chose qui la taraudait depuis quelques temps déjà. Elle s'approcha donc, toussotant pour lui faire prendre conscience de sa présence.


    « Hey princesse, tu as déjà terminé ? »
    « Non, pas tout à fait mais j'avais un petit creux alors j'allais me chercher quelque chose à la cuisine. »
    « Bien. »
    « Papa ? »
    « Oui chaton ? »
    « Je peux te poser une question ? »
    « Bien sûr. Tu sais que tu peux me demander tout ce que tu veux ma chérie. Sauf de te faire refaire les seins. Là je me verrais dans l'obligation de te dire non. Question de principe. »
    « Non, ne t'en fais pas ça ne concerne pas ce genre de questions là. »
    « Hum, tu titilles ma curiosité. Aller, crache le morceau. »
    « Est-ce que tu penses encore parfois à maman ? Ne te méprends pas, j'adore Meaghan, vraiment. Mais parfois, maman me manque. »

    Pincement au coeur. Il était un peu jaloux. Pas vraiment, mais c'était à la fois légitime pour elle que sa mère lui manque, et pour lui qu'il ressente ce genre de choses devant une telle confession venant de sa fille. Et puis, on n'avait qu'une mère, même si celle-ci était une femme dans le fond tout à fait détestable par moments. Car il devait l'admettre, ils avaient eut ensemble de bons moments. Même de très bons moments. La naissance de leur fille par exemple, leur voyage de noce passé dans les îles Fidji, et d'autres moments plus intimes et mémorables. Mais il n'aimait guère reparlé de son ex, car il restait et resterait éternellement à cause d'elle un homme blessé. Il n'en laissé rien paraître, il était beaucoup trop fier pour ça. On lui reprochait parfois d'avoir un égo démesuré, mais il n'en était rien. Ceux qui le connaissaient vraiment le savaient bien. Jeremiah derrière ses airs de parfait mufle, de chieur invétéré et de type à l'humour parfois lourd était en fait un gentlemen capable d'être le parfait romantique, galant et compréhensif et qui avait une sacré culture générale et qui n'en faisait pas pour autant étalage. Comme il ne faisait jamais comprendre qu'il roulait sur l'or grâce à la vente de ses romans. Mais il ne pouvait pas rester muet devant elle, il ne voulait pas qu'elle pense qu'elle l'avait blessé ou qu'il se fermait à la discussion.

    « J'y pense oui. Mais je t'avouerai que ce n'est plus forcément une bonne chose. Il y a les bons moments qui resteront à jamais, mais pour le moment ce qu'elle m'a fait m'empêche encore de ne voir que ces moments là. »
    « Je sais, ce qu'elle a fait c'était moche. »
    « Ca tu peux le dire. Qu'elle m'aurait trompé parce que j'étais un mari absent ou impuissante. Ce que je ne suis pas hein, ne te méprend pas, ton papa est un vrai mâle. Mais qu'elle ai fait ça simplement parce qu'elle s'était lassée, ça a du mal à passer. Parce que si elle me l'aurait dit, on aurait pu peut-être tout arranger. Mais voilà... Elle a fait un choix, et elle en assume les conséquences aujourd'hui. »

    Et oui, ça lui restait en travers de la gogre. Une telle trahison, ça ne pouvait pas décemment passer comme une lettre à la poste. Surtout quand on a un caractère comme celui de Jeremiah. Ne vous y méprenez pas. Il n'était certes pas un homme parfait, loin de là et même s'il prétendait le contraire, il avait ses défauts et pour la plupart d'entre eux, ils les assumaient. Mais sous ses airs de macho, de connard qui aimait jouer avec les mots, d'égoïste patenté, il cachait une sensibilité qu'il ne voulait pas montrer. Parce qu'il avait été elevé à la dure, dans une famille où montrer ses émotions ce n'était pas une chose qui se faisait. Pas en public en tout cas. Et en grandissant, même s'il admirait son père, pour sa force et son parcours, jamais, il se l'était promis, il n'élèverait ses enfants comme ça. Et bon, il n'en avait eu qu'une, mais il lui avait donné l'éducation qu'il voulait, complète et éclectique au possible, certes un peu plus privilégiée qu'une autre, mais pas tant que ça. Sam n'était pas l'une de ses petits fashionistas obsédées par le dernier sac Prada ou les dernières lunettes Vuitton. Elle savait que son père avait les moyens, mais ce n'était simplement pas son truc. Et il se félicitait de ça d'ailleurs, parce que ça prouvait qu'elle en avait un peu plus dans la tête que la moyenne. Ah la fierté d'un père... Après quelques secondes de silence, lourdes de sens, Samantha rompit le silence.

    « Alors, tu comptes demander Meg en mariage bientôt ? »
    « Euh... »

    Elle venait de le prendre au dépourvu. Bien entendu, il y avait déjà pensé. Ca faisait maintenant trois ans qu'ils étaient ensemble et plus d'un an qu'ils vivaient sous le même toit. Mais de là à passer à l'acte et lui faire une demande, en bonne et due forme. Il n'en était pas encore là. Mais en y repensant, c'était surtout sa peur sourde de se voir perdre à nouveau la femme qu'il aimait plus que tout le quitter qui lui dictait de ne pas le faire. Pas parce qu'il craignait qu'elle dise non ou autre chose. Il s'auto-préservait sans s'en rendre compte, son inconscient prenant le dessus quand il s'agissait de ce sujet là en particulier. Il garda donc un air absent durant un instant, réfléchissant réellement à la dernière question que venait de lui poser sa fille.

    « J'crois bien oui. Même si j'espère qu'elle dira oui quand je lui poserai la question. »
    « Tu crois qu'elle pourrait dire non ? »
    « Va savoir ce qui peut passer dans l'esprit d'une femme dans ces moments là. »
    « Hey! Je t'interdis de dire ça. Je suis une femme moi, je te le rappelle. »
    « Mille excuses princesse. »
    « Meaghan est une femme sensée, intelligente. Elle serait très bête de te dire non. »
    « C'est gentil ma chérie, je suis touché du compliment que tu me fais. »
    « T'es un super père et un homme génial... Quand tu cesses de faire tes pitreries bien sûr. Parce que dans ces moments là, tu peux vraiment devenir un sale con. »
    « Très drôle, vraiment. »

    Un moment de complicité comme ils en avaient beaucoup. Ils aimaient bien se taquiner comme ça, par de petits piques. Jeremiah étant un grand adepte du sarcasme et de l'ironie, ce n'était pas étonnant. Encore moins que du coup, sa fille ai toujours été bercée par ce genre de langage. Elle se rapprocha et déposa une bise sur la joue de son père, un sourire tendre aux lèvres.

    « Je t'aime papa. »
    « Je t'aime aussi ma princesse. » Il la laissa s'éloigner puis l'interpella à nouveau. « Tu veux que je vienne te border après t'avoir raconter une histoire ? »
    « Papa je n'ai plus cinq ans tu sais. Je n'ai plus peur des monstres sous mon lit depuis longtemps. »
    « Ah. A mes yeux tu auras éternellement cinq ans mon ange. Privilège paternel oblige. », dit-il dans un grand sourire malicieux.
    « Bonne nuit papa. »
    « Bonne nuit ma princesse. »

    Il la regarda s'éloigner en souriant. Il aimait sa fille plus que tout. Il tuerait très probablement le type qui oserait lui faire du mal. Mais il était si fier. Fier de sa façon d'être, de son esprit vif, de son sourire (elle avait hérité du sien évidemment). C'était sa fille, son trésor, sa merveille. Il la fit disparaître dans la cuisine et se replongea alors dans son travail. L'inspiration revenait au galop soudainement, alors autant ne pas perdre cette manne, juste par pure nostalgie et amertume du passé. Il n'était pas un homme qui remuait son passé éternellement. Pas en se plaignant sur son sort en tout cas.


Dernière édition par H. Jeremiah Eckhart le Mer 22 Sep - 21:20, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
H. Jeremiah Eckhart
LUCKY BASTARDnothing is more deceiving than a smile
avatar

Messages : 60
Date de naissance : 18/06/1985
Date d'inscription : 19/09/2010
Âge : 33
Crédits : MYSELF; castleicons & stockicons
Pseudo/Prénom : DYSPAIR

AU BOULOT!
Emploi/Matière: Prof de Littérature Moderne
Addiction: Le bourbon, les brownies à la noix de pécan, le café (noir de préférence)
Pense-bête:

MessageSujet: Re: ECKHART ➜ What do you mean i'm a smart ass? My ass' just fine, thank you!   Dim 19 Sep - 22:41


© tumblr

  • « Jeremiah ? Hey ho y à quelqu'un ? »
    « Dans le bureau. »

    Week end anticipé pour lui cette semaine. Une modification de son planning avait été prévue et du coup, plutôt que de rester totalement oisif chez lui, devant sa télé, Jeremiah s'était mis à son bureau, son pc ouvert devant lui et continuait de taper son nouveau roman. Il n'avait pas vu le temps passé, comme toujours. Il n'avait pas bougé depuis le déjeuner, et il était déjà près de dix-neuf heures à présent et Meaghan venait tout juste de rentrer du boulot. La jeune femme était rentrée tôt pour une fois. Car quand on est flic, on ne compte jamais les heures supplémentaires passées à boucler une enquête. Il avait accepté tout ça, ce que cela impliquait pour leur couple, même si au départ, il n'était pas forcément très chaud, justement rapport à tout ça. La peur qu'on l'appelle si jamais ça durait entre eux pour lui annoncer qu'elle était morte en service, les heures passées à se ronger les sang en la sachant sur une grosse affaire. Mais il l'aimait elle, bien avant d'aimer la femme qu'elle était dans son boulot. Même si la perspective qu'elle puisse lui coller une raclée constituait pour lui un certain aphrodisiaque (et oui, c'est un homme, que voulez vous !).

    « Salut toi ! »
    « Salut. »
    « Tu rentres tôt ce soir. Pas de criminel en liberté quelque part en ville ce soir que tu sois déjà là ? C'est pas que je me plaigne, tu me connais c'est tellement pas mon genre. », il marqua une seconde de silence, en faisant la moue, soulignant ainsi son trait d'humour puis reprit. « Mais j'attends ma maîtresse d'une seconde à l'autre alors tu me mets dans une position délicate tu vois. »
    « Oh je vois. Et est-ce qu'au moins c'est un bon coup ? Simple curiosité bien sûr. »
    « Bien sûr. », lança-t-il à son adresse avant de s'accouder sur le bureau, prenant l'air de celui qui s'apprêtait à lui faire une confidence. « Le meilleur coup de ma vie. Une vraie bête de sexe. »
    « Contente pour toi alors. Moi le mien est un peu ramollo ces temps-ci. Le stress sûrement. »

    Il sourit, d'un sourire qui allait d'une oreille à l'autre. Il l'avait tout de suite aimé pour ça. Son sens de la répartie et son humour, devenu aussi pourri que le sien à force de le fréquenter de trop près depuis des années. Il la fit venir sur ses genoux et l'enlaça à la taille. Ils échangèrent un baiser durant quelques secondes. Histoire de se dire enfin bonjour de façon un peu plus conventionnelle.
    Il aimait ces moments là. Rien qu'à eux. Il y en avait eu si peu ces derniers temps. A croire que les criminels de ce pays s'amusaient à faire faire des heures supp' à la jeune femme, le privant par la même occasion de sa présence à ses côtés. Injuste ? Non, pas vraiment, car il savait à quoi s'attendre quand leur relation était devenue sérieuse. Et il avait énormément de respect pour elle quant au choix de carrière qu'elle avait fait. Lui avait suivi une voie égoïste en faisant de sa passion un gagne pain, elle, elle mettait sa vie en danger pour protéger ses congénères, pas toujours forcément méritant du coup.


    « Qu'est-ce que tu veux manger ce soir ? »
    « Pas grand chose, j'ai surtout envie d'un bon bain en fait, d'un verre de merlot et d'une bonne nuit de sommeil. »
    « Accompagnée ou en solitaire la douche ? »
    « Jeremiah! »
    « Ne joue pas les prudes avec moi, ça ne marche plus. Je connais ta vraie nature depuis le temps. Et je vais te montrer moi si je suis ramollo. »
    « Demain soir, promis. »
    « Des promesses, encore! »

    Non, il n'était pas un obsédé, bien que parfois son comportement ou ses propos le laissent penser. Encore une fois, je ne le rappellerai jamais assez, avec lui, ne pas se fier aux apparences. Il avait tout d'un salop, mais il n'en était pas vraiment un. Il aimait qu'on le croit, c'est tout, comme il aimait qu'on pense de lui qu'il était un peu idiot sur les bords. Mais quand on le côtoyait suffisamment, on apprenait bien vite qu'il n'en était rien. D'où cette bonne réputation qu'il avait auprès de ses pairs et surtout de ses élèves, qui l'adoraient tous en règle générale, mis à part une ou deux exceptions. Chaque année, son cours étaient un de ceux les plus apprécié des élèves. Et il en était fier. Car à ses yeux, c'était signe qu'il intéressait ces jeunes à sa matière, ce qui n'est pas toujours une chose acquise quand il s'agit d'enseigner à des adolescents en pleine crise d'hormones.

    Ils s'étaient rencontrés bêtement, quand Jeremiah c'était fait volé sa voiture. Il s'était rendu au commissariat et en sortant il l'avait vu, assise sur les marches du fronton, buvant un café. Elle lui avait immédiatement tapé dans l'oeil. Belle, drôle et intelligente. Et elle avait du répondant, chose importante pour lui. Lui et son caractère de chieur. Elle l'avait d'ailleurs souvent rembarrer à case de ça au début. Il avait donc du faire preuve de toute sa force de persuasion pour la convaincre d'accepter de dîner avec lui un soir. Lui disant même qu'après ça, elle ne le quitterait plus, que l'essayer c'était l'adopter. Et il avait eut raison. Ils ne s'étaient plus quittés depuis. Cela faisait maintenant trois ans. Et bien qu'il ne l'admettrait pas devant témoins, elle l'avait rendu meilleur, et surtout grâce à elle, il retrouvait foi en l'amour. Car sous ce masque de boute-entrain sans faille, se cachait un homme sensible et beaucoup moins détestable qu'il ne le laissait croire.
    Avec ses élèves, il pouvait être très strict, rapport à certains sujets, comme d'éteindre son portable en courts (chose qui l'horripilait toujours, alors que lui est pendu à son I-Phone en permanence en temps normal). Mais il restait apprécié parce qu'il agissait comme un grand enfant, parce qu'il était drôle et que malgré ses jeux de mots et d'esprits, on savait qu'il ne pensait jamais à mal. Pas toujours en tout cas. Car mieux valait ne pas se le mettre à dos quand même, car il a la rancune tenace. Demandez le à son ex-femme. Mais au-delà de ces menus défauts, Jeremiah recèle maintes qualités, il faut juste ne pas s'arrêter aux apparences avec lui, et même si son comportement lui attire parfois la réprobation de ses collègues, il ne changera plus. Il est quelqu'un d'entier, de profondément gentil et ouvert d'esprit, curieux de nature. Mais touchez à ses proches et là vous verrez une toute autre facette de sa personnalité. Beaucoup moins sympathique par contre.


    « Tu écris quoi là ? »
    « Une scène d'interrogatoire musclée. Leah se retrouve devant l'assassin de son mari mais ignore qui elle est vraiment rapport à sa victime. »
    « Tu devrais rendre la scène violente et torride. Qu'elle le plaque au mur en mettant son visage si près du sien qu'il sentira son souffle sur sa peau. Qu'il sente sa haine. »
    « J'ai jamais été aussi excité de toute ma vie. Tu es formidable chérie. Si on montait dans la chambre, histoire que tu me montre tes techniques d'interrogatoire. » Silence, regard échangé entre nos deux protagonistes.
    « Je crois sincèrement que le jour où tu ne me parlera plus de sexe toutes les trois minutes, je crois que je commencerai à m'inquiéter. »

    Il sourit de façon malicieuse, un sourire dont lui seul avait le secret et qui la faisait toujours craquer. Quant à ce qui se passa ensuite, je vous dirai juste qu'ils ne restèrent pas éternellement assis ainsi à son bureau. Après la petite discussion de l'autre jour avec sa fille, Jeremiah pensait de plus en plus à demander Meaghan en mariage. Elle avait tout de la femme parfaite, pour lui en tout cas. Elle le supportait, c'était déjà un exploit en soi. Il voulait simplement bien faire les choses et cherchait donc une occasion de faire sa demande pour qu'elle soit la plus inattendue et la plus soignée possible. Mais plus le temps passait; plus il était sûr dans le fond de faire le bon choix. Il espérait simplement qu'elle ne lui briserait pas le coeur en lui répondant. Car après tout, ils étaient bien ensemble, mais voulait-elle devenir sa femme ? Bonne question, dont la réponse mine de rien l'angoissait un peu. Aussi préféra-t-il chasser pour le moment cette idée de son esprit, préférant profiter pleinement de sa chère et tendre plutôt que de trop réfléchir à tout ça.


Dernière édition par H. Jeremiah Eckhart le Mer 22 Sep - 22:54, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hypatie R. Deluca

avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 05/09/2010
Crédits : ESPÉRANCE™

AU BOULOT!
Emploi/Matière: Surveillante
Addiction: Le chocolat et les pots d'Häagen-Dazs
Pense-bête:

MessageSujet: Re: ECKHART ➜ What do you mean i'm a smart ass? My ass' just fine, thank you!   Lun 20 Sep - 11:13

Bienvenue et bon courage pour ta fiche :dance:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léonie Caldwell

avatar

Messages : 84
Date de naissance : 17/01/1993
Date d'inscription : 02/09/2010
Âge : 25
Crédits : MARIKODEAR.
Pseudo/Prénom : LAFEMMEMYSTERE. (-mais lou, ça ira.-)

AU BOULOT!
Emploi/Matière: Culture Française.
Addiction: Les hommes, le champagne, les framboises et bien entendu, la littérature française.
Pense-bête:

MessageSujet: Re: ECKHART ➜ What do you mean i'm a smart ass? My ass' just fine, thank you!   Lun 20 Sep - 18:29

Un GROS Bienvenue, là. :mg:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
J. Neil Abernathy

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 13/09/2010
Crédits : Da*svitania - gif by me
Pseudo/Prénom : Choone

AU BOULOT!
Emploi/Matière: Sciences physiques
Addiction: La cigarette
Pense-bête:

MessageSujet: Re: ECKHART ➜ What do you mean i'm a smart ass? My ass' just fine, thank you!   Lun 20 Sep - 19:41

Bienvenuuuuue !

Alors là, j'hallucine, il nous faudra un lien ! D'abord parce que Nathan Fillion, hein, et ensuite parce que le premier prénom de personnage est Jeremiah aussi :mg: :mg: :mg:

Bref, bonne chance pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
H. Jeremiah Eckhart
LUCKY BASTARDnothing is more deceiving than a smile
avatar

Messages : 60
Date de naissance : 18/06/1985
Date d'inscription : 19/09/2010
Âge : 33
Crédits : MYSELF; castleicons & stockicons
Pseudo/Prénom : DYSPAIR

AU BOULOT!
Emploi/Matière: Prof de Littérature Moderne
Addiction: Le bourbon, les brownies à la noix de pécan, le café (noir de préférence)
Pense-bête:

MessageSujet: Re: ECKHART ➜ What do you mean i'm a smart ass? My ass' just fine, thank you!   Lun 20 Sep - 20:33

Merci les filles!

Ah obligé, David et Nathan, ça promet un lien qui va dépoter parce que voilà, Ten et Malcolm (comment ça je vis que dans un monde de séries télés? pas du tout lol)

J'm'y mets là, mais y a Castle en même temps ça va être dur *de se retenir de baver lol*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
H. Jeremiah Eckhart
LUCKY BASTARDnothing is more deceiving than a smile
avatar

Messages : 60
Date de naissance : 18/06/1985
Date d'inscription : 19/09/2010
Âge : 33
Crédits : MYSELF; castleicons & stockicons
Pseudo/Prénom : DYSPAIR

AU BOULOT!
Emploi/Matière: Prof de Littérature Moderne
Addiction: Le bourbon, les brownies à la noix de pécan, le café (noir de préférence)
Pense-bête:

MessageSujet: Re: ECKHART ➜ What do you mean i'm a smart ass? My ass' just fine, thank you!   Mer 22 Sep - 22:54

Désolée du DP, mais j'ai fini je crois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brume Hadewych

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 15/09/2010
Crédits : geronimo thrill ; pennylaneart
Pseudo/Prénom : léonie

AU BOULOT!
Emploi/Matière: stagiaire en cours d'arts plastique
Addiction: les fraises, la bonne humeur
Pense-bête:

MessageSujet: Re: ECKHART ➜ What do you mean i'm a smart ass? My ass' just fine, thank you!   Jeu 23 Sep - 9:39

Bienvenue :02: :dance:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siobhan Monaghan

avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 05/09/2010
Crédits : Bliss & lj
Pseudo/Prénom : Laetitia.

AU BOULOT!
Emploi/Matière: Littérature classique.
Addiction: la glace vanille macadamia., la Guiness et les fraises tagada.
Pense-bête:

MessageSujet: Re: ECKHART ➜ What do you mean i'm a smart ass? My ass' just fine, thank you!   Jeu 23 Sep - 16:10

    Bienvenue :party:

    H. Jeremiah Eckhart a écrit:

    Personnalité utilisée : NATHAN "AWESOME" FILLION. Ce cher Capitain Malcolm Reynolds, l'acolyte du Dr.Horrible, mais surtout, le formidablement génialissime Rick Castle.


    Pour moi il restera l'affreux Caleb, de Buffy. En tout cas très bon choix d'avatar ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
H. Jeremiah Eckhart
LUCKY BASTARDnothing is more deceiving than a smile
avatar

Messages : 60
Date de naissance : 18/06/1985
Date d'inscription : 19/09/2010
Âge : 33
Crédits : MYSELF; castleicons & stockicons
Pseudo/Prénom : DYSPAIR

AU BOULOT!
Emploi/Matière: Prof de Littérature Moderne
Addiction: Le bourbon, les brownies à la noix de pécan, le café (noir de préférence)
Pense-bête:

MessageSujet: Re: ECKHART ➜ What do you mean i'm a smart ass? My ass' just fine, thank you!   Jeu 23 Sep - 17:00

Merci Brume (K.Stew :love: )

Shiri est un super choix aussi (Roswell me manque) mais même en Caleb, Nathan était awesome (moi fan? noooooooon lol)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
J. Neil Abernathy

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 13/09/2010
Crédits : Da*svitania - gif by me
Pseudo/Prénom : Choone

AU BOULOT!
Emploi/Matière: Sciences physiques
Addiction: La cigarette
Pense-bête:

MessageSujet: Re: ECKHART ➜ What do you mean i'm a smart ass? My ass' just fine, thank you!   Jeu 23 Sep - 17:37

Oh en Caleb, c'était tellement horrifiant ! Mais il a le mérite d'avoir enfin fermé sa gueule à Xander Laughing Je l'ai beaucoup aimé en Captain Hammer moi aussi (le pire, c'est que j'ai hésité à jouer Neil Patrick Harris sur le forum aha).

Bref, super fiche en tout cas ;)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
H. Jeremiah Eckhart
LUCKY BASTARDnothing is more deceiving than a smile
avatar

Messages : 60
Date de naissance : 18/06/1985
Date d'inscription : 19/09/2010
Âge : 33
Crédits : MYSELF; castleicons & stockicons
Pseudo/Prénom : DYSPAIR

AU BOULOT!
Emploi/Matière: Prof de Littérature Moderne
Addiction: Le bourbon, les brownies à la noix de pécan, le café (noir de préférence)
Pense-bête:

MessageSujet: Re: ECKHART ➜ What do you mean i'm a smart ass? My ass' just fine, thank you!   Jeu 23 Sep - 18:01

Merci merci

Il est trop en Caleb (je suis en mode fangirl dès qu'on me parle de lui toute façon lol)

réserve moi un lien de la mort qui tue cher collègue hein?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
J. Neil Abernathy

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 13/09/2010
Crédits : Da*svitania - gif by me
Pseudo/Prénom : Choone

AU BOULOT!
Emploi/Matière: Sciences physiques
Addiction: La cigarette
Pense-bête:

MessageSujet: Re: ECKHART ➜ What do you mean i'm a smart ass? My ass' just fine, thank you!   Jeu 23 Sep - 18:04

Ah, dans Buffy je suis surtout fangirl de James Marsters, mais je comprend qu'on puisse craquer pour Fillion Laughing

Bref, promis je te garde un lien. J'y réfléchis de ce pas, d'ailleurs. :dance:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
H. Jeremiah Eckhart
LUCKY BASTARDnothing is more deceiving than a smile
avatar

Messages : 60
Date de naissance : 18/06/1985
Date d'inscription : 19/09/2010
Âge : 33
Crédits : MYSELF; castleicons & stockicons
Pseudo/Prénom : DYSPAIR

AU BOULOT!
Emploi/Matière: Prof de Littérature Moderne
Addiction: Le bourbon, les brownies à la noix de pécan, le café (noir de préférence)
Pense-bête:

MessageSujet: Re: ECKHART ➜ What do you mean i'm a smart ass? My ass' just fine, thank you!   Jeu 23 Sep - 18:15

Il est trop en Capitain John Hart (faut trop que je me rematte Kiss Kiss Bang Bang pour la scène du bar) James oui, j'y ai pensé aussi mais Nathan a gagné

ça marche mon cher, on va martyriser les élèves ça va être drôle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sinead Duggan
Admin
avatar

Messages : 315
Date d'inscription : 20/08/2010
Crédits : Baby gone
Pseudo/Prénom : Chloé

AU BOULOT!
Emploi/Matière: Philosophie
Addiction: Les cheese-cake de mon patissier. Une tuerie!
Pense-bête:

MessageSujet: Re: ECKHART ➜ What do you mean i'm a smart ass? My ass' just fine, thank you!   Sam 25 Sep - 10:11

C'est une très bonne fiche, et je te souhaite une bienvenue digne de ce nom. I love you
Tu es évidement validé, bon jeu !

_________________
    I hurt myself today to see if I still feel. I focus on the pain, the only thing that's real. The needle tears a hole, the old familiar sting. Try to kill it all away but I remember everything...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ECKHART ➜ What do you mean i'm a smart ass? My ass' just fine, thank you!   

Revenir en haut Aller en bas
 
ECKHART ➜ What do you mean i'm a smart ass? My ass' just fine, thank you!
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Words Darker Than Their Wings (Eckhart)
» L'enfer t'ouvre les bras, mon joli - Lilith P. Echkart
» (M) Newt Underwood - Draconologiste {feat Aaron Eckhart}
» Stella Eckhart | Do you really enjoy living a life that's so hateful ?
» Remaniement ministériel renvoyé aux calendres grecques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEAVE THE KIDS ALONE. :: Votre personnage. :: CONCOURS D'ADMISSION :: Viens martyriser les gosses-
Sauter vers: