AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 i don't care if monday's black (Juliette)

Aller en bas 
AuteurMessage
Marianne Caldwell
Admin
avatar

Messages : 269
Date d'inscription : 22/06/2009
Pseudo/Prénom : Mariko

AU BOULOT!
Emploi/Matière: littérature anglaise classique
Addiction: les petits pots goût épinard
Pense-bête:

MessageSujet: i don't care if monday's black (Juliette)   Sam 4 Sep - 13:01

"Bonjour, et bon réveil à vous tous qui nous écoutez! Il est 6h45, et on est repartis pour une nouvelle semaine!" hurlait le dernier animateur en vogue à la radio. Marianne soupira, tandis qu'elle s'étendait encore un peu plus dans son lit. Son lit immense, où elle était seule. Elle soupira, avant de plonger dans le réconfort que lui offrait gracieusement son oreiller. Lui au moins, il lui resterait toujours loyal, se dit-elle en s'étouffant presque dans son fidèle ami. Marianne passa encore quelques longues minutes dans cette posture, avant de se décider à faire un geste hors de son lit.

Marianne se trouvait dans le bus - trop angoissée, il lui était impossible d'avoir son permis - et lorsqu'elle regarda sa montre, s'aperçut qu'elle était en retard. Elle regarda autour d'elle, angoissée, énervée, prête à fondre en larmes. Dès que le bus arriva au lycée, Marianne se mit à courir comme elle ne l'avait jamais fait, pour éviter de perdre encore quelques minutes de cours, et d'avoir rendez-vous chez ce cher O'Cahan. Il lui faisait peur, alors elle était prête à tout pour éviter un tête-à-tête trop gênant. Arrivée devant ses élèves encore essoufflée, elle essaya de reprendre un rythme respiratoire normal. Pour un lundi matin, tout ça commençait à merveille.
A dix heures, elle eut enfin une pause. Elle en profita pour aller voir Juliette, l'infirmière. Pour Marianne, cette fille était un ange (et pourtant, elle n'en avait aucun des attributs). Elle lui remontait le moral quand ça n'allait pas, ce qui arrivait plus que souvent.
Marianne entra en trombe dans la pièce, sans même prendre la peine de frapper. Ce n'était pas nécessaire.


"Juliette ! Juliette, je déteste le lundi matin. Je déteste aussi le mardi, cela dit. Et le mercredi. Et je déteste le buuuus et les chauffeurs de bus et les embouteillages!" s'empressa-t-elle de geindre, dès qu'elle eut posé un pied dans la salle. Elle s'affala sur le seul lit de l'infirmerie, en fixant son amie, comme attendant un verdict. Ca y est, les larmes n'étaient pas loin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ltka.forumactif.org
Juliette de Clèves

avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 25/08/2010
Pseudo/Prénom : prettyscoundrel

AU BOULOT!
Emploi/Matière: infirmière
Addiction: les space-cookies.
Pense-bête:

MessageSujet: Re: i don't care if monday's black (Juliette)   Lun 6 Sep - 0:25

« Ecoute p'tit con, je ne tiens pas à savoir ce que tu as du faire pour obtenir mon numéro ... Surtout que d'après le ton suppliant, ça a l'air dégueulasse. Tout ce que je sais c'est qu'il est genre six heures du matin, que je me lève dans un peu moins d'une heure et que tu me les brises sévère ... Hm ? Facteur l'amour n'attend pas. FACTEUR L'AMOUR N'ATTEND PAS ? Tu veux que j'me déplace pour t'en retourner deux ? J'apprécie moyennement qu'un jeune puceau se foute de ma gueule, encore moins à 5.58 tu vois ... Hm. Et puis pourquoi je reste en ligne moi ? Je t'en prie fantasme tout ton saoul, mais n'appelle plus jamais. Ou je lâche mon doberman sur ta mère. »
Ce matin-là, alors que Juliette prenait doucement conscience du fait qu'elle était exténuée mais qu'elle n'arriverait pas à se rendormir, elle se jura de songer à trouver un autre boulot prochainement. Comme à peu près partout, elle s'était rapidement forgée une réputation sulfureuse et, si attirer les regards appréciateurs des profs de philo bien roulés ne lui déplaisaient pas, en revanche, se faire harceler par Nicolas, un jeune ado boutonneux accro aux filles siliconées des jeux vidéo la faisait beaucoup moins fantasmer.

Elle avala un café à la sauvette après une douche brulante, sans croissant ni sucre ni confiture, histoire de conserver sa ligne squelettique et non sans avoir claqué la porte de son appartement trop fort, histoire de réveiller la mégère d'à côté, elle s'affala au volant de son break familial inutil. Juliette l'avait choisit parce qu'il lui donnait un air respectable et conformiste selon elle. Après un petit quart d'heure de conduite irresponsable, la petite française arrivait à destination. Pour une fois qu'elle était en avance ! Elle prit un peu plus du temps pour son rituel matinal deuxièmecafécommeragesaveclaprofdebioouverturedel'infirmeriecapotessurlatablebasseenlibreservice. Elle se mordit la lèvre inférieure en considérant son bureau. Un bordel innommable. Si O'Cahan daignait se pointer, il en ferait une jaunisse. En plus de ça, Juliette avait des doutes quant à sa capacité de se contrôler s'ils se retrouvaient seuls ici. Non, il valait mieux pour son avenir professionnel que le directeur reste en dehors de ses affaires. Alors qu'elle rangeait vaguement quelques feuilles pour la forme, un silhouette surgit comme une tornade dans l'infirmerie et se mit à déblatérer rapidement. Marianne, évidemment. Il n'y avait qu'elle pour se plaindre si fort à une heure pareille. Elle la regarda s'allonger en haussant un sourcil.
« Eh chérie, je fourre des advil dans la bouche des gosses, je suis pas psy pour les névrosées dans ton genre. »

Elle ne pu s'empêcher de sourire, narquoise, devant la mine de déterrée de sa copine à problèmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
i don't care if monday's black (Juliette)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Black immigrants see personal triumphs in Obama
» contenue de la boite :Battle for Black Reach.
» Petit travail au black
» Black Hole RPG
» Black Lagoon Roberta's Blood Trail

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEAVE THE KIDS ALONE. :: Charles Kavannagh High School :: Bâtiment D :: Infirmerie-
Sauter vers: