AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 we ain't born typical (PV CONNOR)

Aller en bas 
AuteurMessage
Andrea J. Auckland

avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 04/09/2010
Crédits : cherryblossom.
Pseudo/Prénom : claire.

AU BOULOT!
Emploi/Matière: Prof de Russe.
Addiction: Vodka, matriochkas, Tolstoï et Tchekhov.
Pense-bête:

MessageSujet: we ain't born typical (PV CONNOR)    Jeu 16 Sep - 17:36



    5h40. Andrea sortait de son dernier cours, en loque qu'elle était à ce moment précis. Cheveux ébouriffés, paupières mi closes, elle arrivait à peine à marcher droit. Pourquoi donc me direz vous ? Et bien son cours s'était fort mal passé. Elle avait dû jouer le gendarme pendant une heure, hurler sur ses élèves (en russe s'il vous plaît) et ramasser des copies qui s'annonçaient désastreuses. Bref, cette fin de journée était mauvaise, très mauvaise. La brunette se rua dans la salle de prof, prête à éclater en sanglot et à crier des paroles ressemblant un peu près à ceci "J'en ai ras le bol de ces emmerdeurs", "Qu'ils aillent tous se faire foutre". "J'me casse en Russie". Quand elle entra, elle se garda bien de prononcer de tels mots. Il était inutile de s'énerver sur ses collègues et d'employer des mots aussi triviaux. Bien qu'Andrea ne soit pas la fille la plus polie du monde. Bref, elle jeta un regard dans la salle. Il n'y avait que deux collègues de français qui corrigeaient des copies. La jeune prof leur fit un petit sourire, mais évita de leur parler. Elle n'avait pas envie de faire l'immense effort d'aligner trois mots. Pour l'instant, il ne lui fallait qu'un bon café, histoire de pouvoir rentrer chez elle un peu près vivante. Elle se fit donc un café. Il était infect. La machine à café était vraiment minable, à croire que le proviseur faisait des économies. Il aurait plutôt dû investir son argent dans le salaire de profs. Andrea pensait parfois à ces sublimes louboutins qu'elle pourrait un jour s'acheter. Mais, condition de prof oblige, cela demandait des mois de privation. Et de café infect. Mais Andrea ne se plaignait pas. A vrai dire, elle était plutôt du genre positive. Sauf que ce soir là, il n'y avait vraiment pas de quoi positiver. Une fois son café terminé, elle rangea ses affaires dans son sac, pris son trench beige et sortit de la salle. En pensant dans les couloirs, une idée lui vint à l'esprit. Aller voir Connor. Elle était quasiment certaine qu'il saurait lui redonner le sourire, avec ses blagues foireuses et son esprit de gamin. Un peu le double d'Andrea en d'autres mots.

    En pensant à cela, la brunette se dit que sa tête actuelle laissait à désirer. Connor risquait d'avoir sacrément peur en la voyant. Elle fila donc aux toilettes, pour se recoiffer, et ajouter un peu de rouge sur ses lèvres. Ainsi, elle était un peu plus présentable. En sortant, elle ne pu s'empêcher de sourire. Le fait de se faire belle pour lui signifiait quelque chose. Mais, dans son déni, elle tentait de se persuader que c'était pour elle, qu'elle le faisait. Pour avoir une bonne estime de soi. Liar. Bref, Andrea était toujours dans le flou quant à ses sentiments. Elle ne savait pas si elle éprouvait de réels sentiments. En tout cas, il était certain qu'elle adorait draguer son cher collègue. Et lui de même. Bref, elle se dirigea vers le locaux d'arts, bourré de dessins, tableaux et autres pinceaux. Elle adorait cette atmosphère. Peut être parce qu'elle avait toujours rêvé pouvoir bien dessiner, avoir un réel talent. Mais non, son plus grand talent consistait à parler couramment le russe. Pas bien utile au quotidien ! Bref, elle frappa à la porte, et entra. Connor était, ô surprise, en train de dessiner. Andrea afficha son plus beau sourire, et elle déclara :

    « Heyyyy. J'ai eu une journée minable. Je peux squatter ? »

    Et puis, Andrea, dans sa non-gêne habituelle, n'attendit même pas que Connor lui réponde. Elle marcha jusqu'à lui, et se pencha derrière lui, regardant ce qu'il dessinait. Il venait de commencer, apparemment. Andrea ne distinguait pas vraiment ce qu'il dessinait. Elle posa sa main sur la sienne, pour qu'il arrête de dessiner, ne faisant même pas attention à ce que pouvait signifier ce geste. Et puis, elle lui dit :

    « Allez, viens, on va se boire un verre. A moins que tu ne sois décidé à dessiner la splendide personne que je suis. »

    Andrea affichait un petit sourire malicieux. Elle plaisantait, évidemment, en se déclarant comme splendide. Elle adorait taquiner Connor. En sa présence, elle avait l'impression d'avoir 16 ans. Et cette sensation était plus qu'agréable. Bref, elle venait de lui rappeler leur petit deal. Peut être était-ce puérile d'avoir imposé ces deux conditions. Mais Andrea voulait être sûre d'avoir une relation exclusive avec lui. Et qu'il arrête de draguer des mineures, de préférence. Enfin, elle n'était pas sûre de pouvoir attendre plus longtemps. En attendant, elle aimait l'embêter, et surtout, le draguer lourdement. Dans son petit jeu de séduction puérile, elle entoura le torse de Connor de ses bras, l'enlaçant, quand sa bouche se posa au creux de son cou, l'embrassant doucement. Puis ses baisers remontèrent vers sa joue droite, puis à quelques millimètres de ses lèvres. Mais, elle s'arrêta là. Méchanceté ? Non, juste un peu de sadisme. Elle vint alors murmurer à son oreille :

    « Tu m'as manqué, tu sais. »

    Si un élève entrait, ils seraient sacrément mal barrés. Mais tel était le crédo d'Andrea : l'amour du risque ! Et puis, elle se recula, et vit, qu'elle avait laissé des traces de rouges à lèvre sur la peau de Connor. Elle se retint d'éclater de rire. Dans ses taquineries, elle aurait aimé ne lui rien lui dire, le laisser sortir comme ça dans la rue. Mais bon, elle se reprit, s'assit sur la table, non loin de lui, et lui dit, de son petit sourire malicieux :

    « Tu vas m'engueuler si je te dis que...t'as plein de rouge à lèvres sur la figure ? Voyons le bon côté des choses, ça te fera un souvenir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Connor L. Buckley

avatar

Messages : 27
Date de naissance : 05/07/1991
Date d'inscription : 10/09/2010
Âge : 27

AU BOULOT!
Emploi/Matière: Prof d'arts plastiques
Addiction: Sourire
Pense-bête:

MessageSujet: Re: we ain't born typical (PV CONNOR)    Jeu 16 Sep - 23:16

    Tous les professeurs d'Arts plastiques devraient être préparés à une question bien spéciale. A cette question que tous les élèves posent tout le temps, à chaque cours, toutes les dix minutes. Oui, pourquoi ne les prépare-t-on pas à la question la plus fréquente des élèves ? Ce n'est pas le but des études supérieures de professorat, leur montrer ce à quoi ressemblera leur métier, de tous les jours ? Connor faisait toujours la même grimace lorsqu'un nouvel élève lui posait cette fameuse question, avec un air des plus blasés, comme si le monde artistique n'était que supercherie inventée pour les bons à rien.

    « Monsieur, vous pouvez répéter ? Franchement, j'ai rien compris là.. »

    Connor, qui venait d'expliquer le sujet donné pendant une bonne demie-heure, et qui avait encore la bouche à moitié ouverte car presque coupé dans son élan final, ne put s'empêcher de faire cette petite grimace de professeur sceptique tout d'abord, car pour lui c'était on ne peut plus clair, puis désabusée ensuite… bon sang, comment pouvait-il être plus clair ? Ne comprenaient-ils pas tous autant qu'ils étaient le but premier de l'art ? Il n'y a pas de règle préciser pour créer, c'est justement la règle première, et aussi la plus dure à faire rentrer dans leurs esprits trop surdoués pour se laisser aller à l'imagination. Quoi, c'est vrai, l'éducation est bien trop stricte de nos jours. Trop de théorie, trop de blabla inutile. Pourquoi ne pas les laisser un peu plus respirer ? Connor remontrait bien les bretelles à tous ces intellectuels qui forment les enseignants. C'est à se demander s'ils ont enseigner un jour… Bref. Il y avait une réponse que Connor donnait généralement à ce genre de question.

    « Bon, qui d'autre n'a pas compris tout ce que je viens de dire ? »

    Et la plupart du temps, il y avait bien une bonne vingtaine de mains qui se levaient, plus ou moins franchement. Quel désastre. Lui qui se donnait tant de mal pour paraitre le plus clair possible… Le pire dans tout ça, c'est qu'en fin de cours, il donnait parfois une brève explication en quelques mots et là alors les élèves s'exclamaient tous d'un "aaah mais c'est ça qu'il faut faire !", noyant Connor dans le désespoir. Ne le blâmez pas, il a vraiment le sens pédagogue nécessaire à sa profession, c'est juste que l'art plastique, c'est différent. Totalement différent. Et les élèves seraient les premiers à le dire d'ailleurs.

    Aujourd'hui, c'était la même rengaine qui s'était déroulée pour le jeune homme. En fin de journée, lorsque le dernier élève quitta les lieux, enfin plutôt la dernière, en souriant béatement à Buckley, celui-ci repensa à Andrea. Il ne devait plus faire son beau Connor devant les jolies minettes, mineures… Oui, bon, il n'était pas ce genre d'homme à draguer tout ce qui bouge, mais lorsqu'il trouvait quelque chose à son gout, que ce soit une oeuvre d'art ou une femme -c'est pareil, "oh, quel beau parleur" je vous entends déjà!- et bien, il ne pouvait qu'admirer. Et puis, même s'il n'allait pas le crier sur les toits, il aimait plaire, surtout aux belles jeunes femmes. Seulement, il fallait éviter les débordements, et ça il l'avait surtout compris quand Andrea avait piqué sa crise là-dessus. Ah, sacrée elle…

    « A bientôt, Monsieur Buckley.. »

    Ce dernier sourit à l'élève. Il détourna rapidement son regard et ne prêta pas attention à la porte qui se claqua quelques secondes plus tard. Il était déjà en train de fouiller dans son tiroir pour y sortir une feuille de dessin. Enfin seul. Enfin au calme, sans tous ces bruits permanents qu'un professeur d'arts plastiques ne pourra jamais éviter… Quel dur métier, décidément. ;) Il n'avait pas commencer à crayonner depuis quelques secondes que l'on frappa à la porte de la classe. Celle-ci s'ouvrit deux secondes plus tard et laissa ainsi apparaitre Andrea Auckland, la fameuse Andrea qui occupait une place particulière dans le coeur du jeune Connor. Elle était professeur de russe dans le même établissement et contrairement à ce qu'on peut penser, ils ne se voyaient pas souvent dans la journée. Et c'est plusieurs fois dans la journée que notre jeune professeur pensait à elle. Leur relation était assez difficile à définir à vrai dire. En couple ? En libertinage plus ou moins sérieux ? Connor n'avait pas trop envie de trouver la réponse, il se sentait bien avec elle, c'était tout ce qui comptait pour lui. Et encore une fois, en la voyant pénétrait dans la salle d'arts, elle lui donna l'impression d'un rayon de soleil pour qui la fin de journée valait le coup d'être vécu de bonne humeur. C'était d'ailleurs son sourire qui le faisait sourire lui, ce soir-là, après la journée épuisante qu'il avait eu.

    « Heyyyy. J'ai eu une journée minable. Je peux squatter ? »

    Dit-elle en s'installant dans la pièce comme si c'était sa propre pièce à vivre. C'était bien elle ça, se comporter toujours aussi familièrement en compagnie des gens avec qui elle se sentait bien. Pensant à ça, il eu un léger ricanement.

    « Comme si j'avais mon mot à dire, petite effrontée… »

    Toujours son crayon à la main, il l'observa s'approcher de son bureau, de lui et lorsqu'elle regarda par-dessus son épaule pour tenter de voir ce qu'il dessinait. Lui aussi jeta un coup d'oeil à son dessin, qui n'était guère avancé et qui resterait probablement au même stade. D'ailleurs, Andrea lui fit bien comprendre que ce n'était plus l'heure de dessiner, mais plutôt de sortir.

    « Allez, viens, on va se boire un verre. A moins que tu ne sois décidé à dessiner la splendide personne que je suis. »

    Elle lui tendait une drôle de perche encore. Comme s'il n'en avait pas déjà rêvé, de la dessiner. Elle représentait hélas un modèle vivant bien trop surexcité pour lui. Toujours en activité, Connor l'imaginait mal immobile, à poser pour lui. Sûr qu'elle préférait surement boire un bon verre de Vodka au bar d'à côté. Il amena sa main à son menton, l'air songeur.

    « Figure-toi que j'y pense souvent. Mais si tu acceptais, je me permettrais d'exiger quelques conditions, et si tu acceptais à nouveau, il vaudrait mieux pour nous qu'on soit ailleurs que dans une salle de classe. Par exemple chez toi, ou chez moi, enfin tu vois. »

    Il dit cela avec un ton légèrement cynique et surtout en souriant. Il laissa même un petit rire sortir, voyant la jolie Andrea faussement outrée de sa remarque. Mais elle savait qu'entre eux, la plaisanterie était toujours efficace. Ils ne cessaient de flirter ensemble, sans vraiment franchir les limites de l'amitié… Enfin, nous dirons que c'est une amitié améliorée. Connor ne parvenait pas non plus à définir avec exactitude ce qui le reliait à la jeune Auckland. Leur jeu de séduction était-il un prétexte pour être toujours fichus ensemble ? Pour se dévoiler discrètement un amour naissant bien caché ? Allez savoir… Connor et Andrea semblaient tout deux satisfaits de leur relation actuelle… Mais quand Connor avait vu la réaction nerveuse d'Andrea en le voyant flirter avec une jeune étudiante, il s'était vraiment demander ce qu'elle pouvait bien ressentir pour lui. Ce serait mentir de dire qu'il n'y avait pas prêter attention plus que ça. Ca l'avait forcé à réfléchir sur le sujet, toujours en suspense pour l'instant. Connor n'eut pas le temps d'y songer plus longtemps qu'Andrea s'approcha encore de lui, le serra dans ses bras en l'enlaçant et l'embrassa dans le cou puis progressivement plus haut, sans se poser sur ses lèvres qui dans un instant d'ivresse passager auraient volontiers accepté la tendresse. Dans un nouvel élan d'effronterie, elle lui chuchota à l'oreille qu'il lui avait manqué. L'esprit de Connor s'était légèrement envolé ailleurs que dans la salle de cours, il n'avait même pas remarqué qu'elle s'était écartée de lui. Il le compris juste quand elle se mit à pouffer doucement en le regardant. L'air distrait, Connor la regardait sans comprendre.

    « Tu vas m'engueuler si je te dis que...t'as plein de rouge à lèvres sur la figure ? Voyons le bon côté des choses, ça te fera un souvenir. »


    Il revint alors sur Terre et se leva d'un bond pour aller se regarder dans le premier miroir qu'il trouva, à quelques mètres de lui. Il avait effectivement une dizaine de traces de rouge à lèvres sur son cou et sur le bas de son visage. Vilaine fille.

    « Oh.. non.. »

    Connor, visiblement embêté, tenta tant bien que mal d'effacer toutes ces traces pendant que sa compagne ne cessait de ricaner. Une fois propre, il se retourna et la regarda avec un air malicieux. Il fit alors quelques pas vers elle.

    « Ma chère Andrea, je crois que votre notion de l'art n'est pas très juste, je devrais vous donner des cours… »

    Connor se positionna contre son bureau en la regardant. Il se pointa du doigt.

    « Ca ce n'est pas un support, mais ça, dit-il en pointant une feuille blanche, c'en est un. D'accord ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrea J. Auckland

avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 04/09/2010
Crédits : cherryblossom.
Pseudo/Prénom : claire.

AU BOULOT!
Emploi/Matière: Prof de Russe.
Addiction: Vodka, matriochkas, Tolstoï et Tchekhov.
Pense-bête:

MessageSujet: Re: we ain't born typical (PV CONNOR)    Mar 21 Sep - 17:33

Andrea avait une grande passion : emmerder ses semblables. Cela passait par leur renverser son café dessus, leur raconter ses malheurs en tout genre, ou bien les tartiner des rouges à lèvres. Le pauvre Connor avait subit ce sort. En cette fin d'après midi, elle avait décidé d'aller l'embêter. Au fond, elle se comportait comme une adolescente. Elle avait beau pester sur ses élèves, elle n'était pas bien plus évoluée. Disons qu'elle avait du mal à accepter le fait de vieillir, dans sa tête, elle était encore une jeunette de 16 ans. Cela tombait bien puisque Connor n'était pas un exemple de maturité non plus. Ou en tout cas pas avec Andrea. Et c'était exactement ce qu'elle aimait chez lui. Elle pouvait lui parler d'autres choses que de copies, heures de colle et réunions parentales. Quand elle était avec lui, elle oubliait qu'elle était prof, à CK High et qu'elle avait des tonnes de copies à corriger. Voilà pourquoi, dès qu'elle le pouvait, elle lui rendait une petite visite. Toujours pour entretenir leur petit jeu de séduction. Bref, elle venait d'interrompre sa séance de dessin, et de lui proposer un verre. C'est alors qu'il répondit par l'affirmative, avec une réplique bourrée de sous entendus. Andrea prit une mine faussement outrée, mais, très mauvaise comédienne qu'elle était, commença à pouffer de rire. Elle se reprit, et dit, d'un ton particulièrement joueur, fixant Connor droit dans les yeux :

« Mais dis donc...tu me fais des avances ! Les jeunettes ne t'intéressent plus Buckley ?»

Encore des taquineries. Andrea adorait cela. Elle savait bien que Connor se vexerait pas, de toute façon, il ne se priva pas non plus d'en faire. Leur relation était quand même on ne peut plus bizarre, quand Andrea y réfléchissait. Ils étaient censés être amis, mais au fond, ils passaient le plus clair de leur temps à se draguer, à flirter, à se faire des avances plus ou moins explicites, sans jamais franchir le pas. Etait-ce de l'orgueil, un simple terrain de jeu ? Andrea n'aurait pas su le dire. Au fond, elle préférait ne pas trop y penser. Laissez les choses venir. Il aurait été inutile de se précipiter, mieux valait se faire mutuellement languir. En fait, c'était surtout un moyen pour Andrea de tester son pouvoir de séduction. Ainsi que pour Connor qui n'était pas mauvais en la matière. La brunette avait beau feindre qu'il la laissait de marbre, il savait bien que c'était faux, et que plus le temps passait, plus l'attente se faisait insupportable. La tension montait nettement, surtout lorsqu'Andrea avait commencer à l'embrasser, sans atteindre sa bouche. A cet instant précis, elle aurait adoré que leurs lèvres se rejoignent, mais...elle voulait rendre Connor fou. Ce n'était pas méchant de sa part, ni de la manipulation, mais rien que de l'amusement. Enfin, c'était ce qu'elle croyait. Andrea ne se rendait pas bien compte que des sentiments étaient en jeu, et que leur petit jeu était tout sauf innocent. Pouffant de rire comme une adolescente, elle regarda la marque rouge qu'elle venait de lui faire. Et cela ne plaisait pas vraiment à Connor d'ailleurs. Elle essayait de se contenir, de venir l'aider, mais rien n'y faisait. Ses rires retentissaient dans la salle d'art. Elle ne pouvait plus s'arrêter. Quand il revint, elle repris un peu près son sérieux. Sa remarque était, une fois de plus, pleine de sous entendus. Soit l'esprit d'Andrea était vraiment mal tourné, pervers au possible, soit Connor lui faisait une fois de plus des avances. Bref, elle décida d'employer le même ton que le sien. D'un sourire tout aussi malicieux que celui de Connor, les yeux pétillants, elle répliqua :

« Moi je trouve ma notion de l'art tout à fait intéressante. Mais bon, puisque tu tiens à m'apprendre des trucs...vas y. Je serais sage. Enfin... »

Un petit sourire éclaira son visage. Non, elle ne serait pas sage. Andrea était une pile électrique, incapable de faire ce qu'on lui demandait, d'obéir à des ordres quelconques, ou à des règles. C'était sûrement pour cela qu'elle avait été une piètre élève, par le passé. Mais bon, si Connor voulait lui apprendre les rudiments du dessin, elle ferait un grand effort pour l'écouter. Et puis, comme s'il lui faisait la morale, il lui dit que son visage n'était pas un support, mais une feuille, si. Andrea se mordit les lèvres, tentant vainement de pas rire. Mais voilà, c'était parti, elle pouffait de nouveau. Voyant le regard désaprobateur de son ami, elle se reprit, et fit mine d'écouter. Au fond, elle avait tout sauf envie d'une leçon de dessin. Elle était fatiguée de sa journée, de nature peu attentive, et de toute façon, elle n'avait pas envie d'apprendre à dessiner aujourd'hui. Ce n'était pas forcément le bon moment. Alors, elle dit :

« Bon, d'accord, la prochaine fois, je laisserais ton cou tranquille. Cela dit, c'est dommage, c'est un support intéressant. L'art ne doit pas se limiter à une feuille de papier, si ? »

Andrea aimait taquiner Connor sur son art. Elle se vantait parfois d'en savoir plus que lui, alors qu'évidemment, c'était faux. Elle ne connaissait rien à l'art, à part peut être quelques peintres. Mais, ce genre de plaisanterie n'avait qu'un seul but : le draguer. C'était ce que la brunette faisait de mieux, après tout. Elle descendit alors de la table, et, à quelques centimètres de Connor, elle prononça ces mots :

« Allez, viens, on va au bar. T'inquiète, je vais pas te soûler. Enfin...ça dépend dans quel sens on l'entend. J'en ai marre de cet établissement merdique. Oups, j'espère qu'on est pas sur écoute, sinon je vais me faire virer. J'peux te faire découvrir la Russie Connor. Tu vois, la vodka là bas, ça ne se boit jamais seul. C'est l'occasion de se retrouver entre amis, de danser, de s'amuser. On va dire qu'ici, c'est pareil. T'es partant, or not ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Connor L. Buckley

avatar

Messages : 27
Date de naissance : 05/07/1991
Date d'inscription : 10/09/2010
Âge : 27

AU BOULOT!
Emploi/Matière: Prof d'arts plastiques
Addiction: Sourire
Pense-bête:

MessageSujet: Re: we ain't born typical (PV CONNOR)    Ven 24 Sep - 0:28

    Après la journée lassante de Connor, qui semblait s'ennuyer parfois de ses élèves qui semblaient eux ne rien comprendre à l'art scolaire, l'arrivée d'Andrea dans sa salle de classe égaya un peu le jeune homme, mine de rien. Il la connaissait depuis pas mal de temps maintenant, et son caractère assez impulsif et extraverti lui avait toujours plu, à lui. Pourtant il n'est pas du genre extravagant, ça non… Enfin à sa manière j'imagine. En tout cas lui se serait pointer avec plus de délicatesse dans la salle d'Andrea. Ne songeait-elle pas à tous ceux qui pourraient les surprendre ? Déjà les élèves, si l'un d'eux revenait pour une question -bon, ce serait vraiment un mauvais coup du destin-, mais aussi quelqu'un du personnel. Et alors qu'en dirait-on ? La voir discuter avec Connor, rien de bien problématique. Mais la voir si proche de lui, l'enserrant et l'embrassant sur le cou, entre autre, ça ce n'était pas envisageable. Et M. Buckley avait plus de bonnes manières que cette audacieuse Melle Auckland, c'était le moins que l'on puisse dire. Rien qu'à voir cette façon dont elle l'avait décoré avec toutes ces fichues traces de rouge à lèvres…. Et elle prenait ça pour de l'art, en pouffant. Bon, quoi qu'on en dise, Connor avait enfin sa dose de bonne humeur de la journée, grâce à elle. Pour changer… Elle était forte à ce jeu, elle. Et lui aussi, il se laissait toujours aller avec Andrea. Ils se laissaient aller avec plaisir à ce jeu de séduction permanent entre eux. Cela semblait leur plaire alors… La question était : combien de temps leur relation resterait-elle au stade du flirt ? Sachant qu'ils se connaissent plutôt bien, et que leur attirance est sans aucun doute réciproque. Bref.

    Ironiquement, il lui dit qu'elle ferait un excellent modèle de dessin, dans un certain contexte voyez-vous… et qu'il y avait déjà pensé. Bon, certes, il avait surement dû déjà y penser. Mais cela pouvait être expliqué par deux très bonnes raisons. La première étant qu'il était prof d'art et la deuxième, qu'il était un homme séduit. Et oui, tout simplement. Mais il se doutait bien qu'Andrea ne parviendrait pas à rester statique plusieurs instants, devant Connor, réfléchit et concentré dans son travail. Le pourrait-il lui même d'ailleurs ? Ahah… Andrea ajouta, joueuse, que Connor lui faisait des avances. Boh, un tout petit peu ? Si les jeunettes ne l'intéressaient plus ? Elle tapait toujours au bon endroit, cette Andrea, décidément. Il était pourtant loin de penser à ça, en ce moment même. Il avait eu quelques débordements il y a quelques temps et la jeune femme ne semblait pas vouloir oublier ça. Elle était joueuse ? Connor savait l'être aussi.

    « Si, je me dis souvent que beaucoup de mes élèves feraient des modèles parfaits, d'ailleurs. »

    Connor avait été bien embarrassé lorsqu'Andréa l'avait surprise avec une mineure, en train de flirter. Il est bien vrai que notre charmant professeur n'est pas un as en matière de bons principes. Mais en l'occurrence, pourquoi avait-elle été aussi touchée par cette histoire ? Elle lui en avait voulu, alors que rien d'officiel ne les liait. Cela l'avait amené à réfléchir sur leur relation évidemment. Il était tout à fait en droit de plaisanter à ce titre, estimait-il.

    « Mais aucune ne pourra jamais être ton égale.. Enfin, elles sont mineures quoi. »

    Boum, c'était une plaisanterie de mauvais gout, OK. Mais cela le fit sourire. Un large sourire presque figé, dévoilant ainsi un brin moqueur qu'il ne voulait pas cacher nécessairement. Puis Andrea ne sembla pas rancunière bien longtemps face à Connor. Elle voulait l'inviter à boire un coup, elle lui disait qu'il lui avait manqué, elle s'amusait à lui laisser des traces de rouge sur le cou de quelqu'un.. En prétextant que c'était de l'art. Alors oui, Connor plaisanta lui aussi en lui assurant qu'il faudrait lui donner des cours. N'est-ce pas ? Peut-être était-il trop atteint par l'art enseigné au lycée lui aussi ? Dans ce cas-là, ça devenait gênant, quand même. Enfin là, il était surtout harassé de sa journée, et cette pointe d'humour fut moins bien reçue qu'Andrea ne le pensait surement. En tout cas, elle ne semblait pas avoir envie d'apprendre à dessiner. Cela ne surprit pas Connor ! Elle lui promit de laisser son cou tranquille, la prochaine fois, laissant apparaitre ainsi un sourire en coin sur les lèvres de Connor. Puis elle fit une remarque très juste, comme quoi l'art ne doit pas se limiter à une feuille de papier.

    « Certes, certes… mademoiselle-j'ai-le-mot-à-tout. »

    Elle avait raison. Bien sur qu'il le savait, en plus, lui qui travaillait précisément dans les arts plastiques. Mais s'il avait dit que ce n'était pas un support, c'était juste pour le contexte. Ce n'était pas le moment de le couvrir de baisers, ni de rouge à lèvres. Vilaine. Elle descendit du bureau de Connor qui lui avait servi de perchoir pendant leur petit entretien et s'approcha de lui, qui restait sans trop d'expression, attendant ce qu'elle allait lui dire. Et décidément, son envie d'aller se divertir autour d'un verre se faisait pressante. Directe et délectable en même temps dans sa façon de lui faire remarquer. Lui faire découvrir la Russie ? A vrai dire, Connor ne connaissait pas grand chose de ce pays pourtant si immense. A part la famille des Romanov, la vodka… et Andrea… Bon c'était le plus important, lui sembla-t-il. Mais maintenant qu'il connaissait la jeune femme, la curiosité sur son pays lui venait naturellement… Il voulait juste en savoir toujours plus sur elle, sans paraitre trop curieux. Les joies du flirt. Et s'il était partant ? La réponse ne se fit pas attendre.

    « Ai-je le choix ? Cette idée me parait alléchante quand même… Tu me laisseras m'amuser avec des jeunettes Auckland ? »

    Dit-il en rigolant haut et fort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: we ain't born typical (PV CONNOR)    

Revenir en haut Aller en bas
 
we ain't born typical (PV CONNOR)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Et si on devenait amis? ► Of monsters and men & You ain't born typical
» Born to kill all lives...
» 02. You and I, we were born to die
» You and I, we were born to die - AZAZOU
» 05. Born to be bad

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEAVE THE KIDS ALONE. :: Charles Kavannagh High School :: Bâtiment B :: Locaux d'arts-
Sauter vers: